Pathologie du genou

 

Le syndrome fémoro-patellaire (SFP)

 

Le syndrome fémoro-patellaire (SFP) débute de façon progressive et est caractérisé par des douleurs diffuses au niveau de la partie avant du genou, elles sont souvent accompagnées de  sensations de raideurs, des craquements et parfois même on note la présence d’enflure (œdème). Les douleurs sont souvent mises en évidence par la descente d’escaliers, la pression directe sur le genou, le fait de s’accroupir ou de courir. Dans les atteintes plus avancées, la personne pourra même boiter.

 

Le syndrome fémoro-patellaire est parmi les problèmes de genou, celui qui est le plus fréquent, il atteint 25 % de la population, toutefois on le rencontre plus souvent chez les adolescents actifs et les jeunes. Il n’est pas plus fréquent chez les hommes que chez les femmes.

 

Les douleurs associées sont dues à une irritation des cartilages de la rotule et/ou du fémur issus d’un engagement inadéquat de la rotule dans l’échancrure inter-condylienne du fémur1 . Ce mauvais engagement ou couplage peut-être la résultante de plusieurs facteurs isolés ou combinés tels que :

-Déséquilibre musculaire (force et souplesse)

-Des ligaments qui présentent une élasticité (soutient) inadéquate

-Un trouble de la hanche, de la cheville et/ou du pied

-Déficit posturale

-Mauvaise stratégie d’entrainement

-Un phénomène dégénératif tel l’arthrose

 

Le professionnel de la physiothérapie pourra vous aider à l’aide :

-Thérapie manuelle

-L’électrothérapie

-Rééducation posturale

-Taping

-Conseils d’entrainement de pair avec un entraineur

-Programme d’exercices spécialisés d’assouplissement et de renforcement

-Utilisation d’orthèses plantaire

 

Le syndrome fémoro-patellaire est rarement en lien avec une cause unique mais bien le résultat d’une combinaison de facteurs qui agissent entre-eux, ce qui explique en bonne partie la raison pour laquelle la guérison naturelle peut prendre dans certain cas, des années.

 

Le professionnel de physiothérapie est la ressource de choix afin d’intervenir à ce niveau, souvent quelques séances suffisent, en particulier lorsque le patient s’implique activement.

 

Stéphane Richard T.R.P.

Responsable du programme de réadaptation du membre inférieur pour Clinique Physiotech.

 

 

 

 

1-     http://www,medecinephysique.net/pdf/patho_genou.pdf

 

 

 

Référence :

 

Formation sur les pathologies musculosquelettiques du membre inférieur : intervention en physiothérapie- Partie 1 : Genou.

Auteur : Michèle Giguère,pht.

LA PATHOLOGIE DU GENOU