LE SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN

17 juillet 2014

Source

Le syndrome du tunnel carpien est une compression ou une irritation du nerf qui passe dans le tunnel carpien. Il résulte généralement d’un mouvement répétitif du poignet entrainant un frottement. Le problème survient habituellement au niveau du ligament transverse qui, pour une raison ou une autre, va se resserrer sur le nerf situé dans le tunnel carpien, réduisant ainsi l’espace.

Selon cet article de Susan L. Michlovitz le syndrome du tunnel carpien touche entre 1 et 3 % de la population. Le syndrome est davantage observé chez les personnes effectuant des travaux répétitifs avec les mains, comme l’utilisation régulière d’une souris d’ordinateur ou encore l’exécution d’un mouvement répétitif. 

Ambroise Courteau, physiothérapeute et associé chez Physiothérapie René Joyal et Associés, travaille principalement auprès de personnes ayant subi une blessure musculo-squelettique. Officiellement accrédité selon l’approche McKenzie, Ambroise Courteau possède une grande expertise relativement aux problèmes vertébraux (dont les cervicales C5 C6 C7), souvent à la base du syndrome du tunnel carpien. Il offre quelques conseils précieux pour prévenir et traiter cette affection.

 

 

Facteurs de risque et symptômes

La principale cause liée au syndrome du tunnel carpien est l’exécution d’un mouvement répétitif qui engendre un frottement.

Par ailleurs, il existe aussi des facteurs prédisposant tels que :

·         les problèmes au niveau du cou : s’il se coince au niveau du cou, le nerf du tunnel carpien laisse moins de jeu au niveau du poignet ce qui causera un stress pouvant mener au syndrome ;

·         les problèmes de santé en général : par exemple, l’arthrite rhumatoïde et le diabète sont deux maladies pouvant causer certains dommages aux nerfs, incluant celui du tunnel carpien ;

·         la grossesse : peut entrainer un œdème causant de l’enflure et une compression au niveau du nerf ce qui provoque plus de frottement ;

·         les blessures au poignet (anciennes ou récentes) : notamment une fracture du poignet modifiant la dynamique des os, resserrant ainsi directement ou indirectement l’espace au niveau du tunnel carpien.

Le syndrome du tunnel carpien se caractérise généralement par l’engourdissement de la main qu’il engendre. Une personne atteinte de ce mal aura généralement les doigts suivants engourdis : le pouce, l’index, le majeur et la moitié de l’annulaire.

Les autres symptômes reliés sont :

·         douleur (souvent pendant la nuit, allant même jusqu’à réveiller la personne atteinte) ;

·         faiblesse ou diminution de la force de préhension (lorsque l’index et le majeur deviennent moins forts, le syndrome est souvent considéré comme assez avancé).

Traitement et prévention

Il est recommandé de consulter un professionnel de la physiothérapie en cas de douleur ou d’apparition d’autres symptômes en lien avec le tunnel carpien. Celui-ci évaluera la provenance du symptôme, par exemple en examinant le cou (C5 C6 C7 principalement) et les mouvements du poignet ou encore par des tests spécifiques (manœuvre de Phalens, etc.). Il vous indiquera ensuite le traitement à privilégier.

Pour les cas légers et modérés : 

·         le port de l’orthèse du poignet est souvent recommandé. Toutefois, le choix de l’orthèse est important. (Il est préférable de privilégier une orthèse spécialement conçue pour le tunnel carpien qui sera complètement droite. L’orthèse droite cause moins de pression que le modèle incliné. Idéalement, l’orthèse droite doit être portée au repos, puisqu’au travail, elle peut limiter les mouvements en raison de sa position neutre.) ;

·         les ultra-sons ;

·         mobilisation des os du carpe pour augmenter l’espace et réduire la pression sur le nerf ;

·         exercices spécifiques de mobilité neurale afin d’améliorer la mobilité du nerf.

Dans les cas plus avancés :

·         la chirurgie peut être envisagée : si le nerf est endommagé, en cas de perte de force ou si le traitement de base ne fait pas effet, la chirurgie est une solution. Il s’agit d’une opération plutôt simple durant laquelle le chirurgien effectue une petite coupure d’environ 2 cm de large au niveau du ligament transverse afin de le détendre, réduire la compression et le frottement du nerf ;

·         exercices de renforcement du mouvement de préhension : à la suite de la chirurgie, le professionnel de la physiothérapie travaille à redonner la force musculaire nécessaire au poignet par le biais d’exercices spécifiques.

Quelques trucs de prévention à retenir

Voici quelques petits éléments à prendre en considération :

·         Prendre de petites pauses fréquentes (d’environ 30 secondes à 1 minute) lorsque votre travail exige un mouvement répétitif au niveau du poignet (par exemple : personne qui fait de l’entrée de données toute la journée) ;

·         Varier les tâches autant que possible afin de minimiser la répétition ;

·         Optimiser son poste de travail afin de le rendre plus ergonomique ;

·         Avoir une bonne posture au travail et au quotidien ;

·         Consulter dès l’apparition des premiers symptômes pour identifier la provenance du mal et ainsi la traiter avant que la situation ne s’aggrave ;

·         Garder en tête les facteurs prédisposant au syndrome du tunnel carpien et redoubler de vigilance si l’on se sait à risque.

LE SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN